Blog des Odysseys

Chaleureux témoignage d'un participant aux Odysseys

Sur son blog, Henri Schongut, qui participa à l’Islands Odyssey 2015 et l’Atlantic Odyssey II 2016 à bord de Serendip, revient sur son tour de l’Atlantique de plus de 6000 milles nautiques. Une année riche en événements, en déceptions mais aussi en joies, en rencontres en expériences qui l’ont rendue à la fois émouvante et inoubliable.

SERENDIP avec son capitaine Henri et ses 2 équipières, Pauline et Clarisse.

Un an déjà

(…) Islands et Atlantic Odyssey

Et puis il y eut tous mes copains des Rallyes : Islands Odyssey puis Atlantic Odyssey II.

Oh je sais, certains seront étonnés de voir qu’une traversée, qui serait une quête de liberté, de marginalité, d’individualisme, se fasse « en groupe », comme un voyage organisé.

En réalité, ils se trompent sur deux points :

  1. Une transat n’est pas nécessairement un acte solitaire, mais plutôt (à mes yeux du moins) une expérience humaine entre les divers équipiers qui « partagent le même bateau ». Plutôt qu’une introspection, il s’agit là d’un unique vécu de relations interpersonnelles.
  2. Les rallyes de Cornell Sailing Events tiennent très peu du « voyage organisé ».
    Les organisateurs arrivent, avec beaucoup de savoir faire, à la fois à laisser toute liberté aux participants et à la fois à organiser des activités d’un grand intérêt :
    – Conférences préparatoires à une traversée,
    – Inspection et conseils en matière de sécurité,
    – Mais aussi soirées animées ou sociales que ce soit dans les Yacht Clubs, les petits restos ou apéritifs informels entre participants.

L’accueil lors du lunch qui suivit notre arrivée à la Martinique, me mit les larmes aux yeux, tant l’émotion était forte et tant je savais que mes amis de l’ Odyssée étaient sincères dans leur joie de nous retrouver.

Car dès les premiers jours, tant les participants que les organisateurs nous furent devenus familiers. J’ai gardé de ces deux rallyes de véritables amitiés et de vraies complicités.

Il y avait dans le groupe une série de gens tout à fait intéressants tant du point de vue humain que du point de vue de ce qui les avait amenés à tenter l’aventure … peu d’entre eux fuyaient quelque chose. Tous en fait , cherchaient à passer « à une vitesse de vie supérieure », rien que cela suffirait à les rendre intéressants.

Je voudrais faire ici une mention toute particulière aux organisateurs de Cornell Sailing Events.

Pascal et Pascale [Guiraudou], qui, avec tact et discrétion m’ont soutenu dans des moments difficiles.

Et puis Jimmy Cornell, inénarrable navigateur qui est probablement l’homme au monde le plus au courant de la croisière océanique, encyclopédie vivante, mais plus que cela homme de communication, sachant expliquer et transmettre ses conceptions du voyage à la voile.

Je tenterai de n’oublier aucune de ses remarques et recommandations, mais pour en choisir une, je me remémorerai sa réaction, lorsque nous sommes venu le voir, inquiets de ce que le départ de Gran Canaria, devait se faire un samedi où un fort coup de vent était prévu. Devrions-nous prendre le départ ?

Sa réponse fut d’anthologie : « Je me demande quels genre de gens vous êtes pour vous soucier le mercredi du temps qu’il fera samedi … on verra. ». Au moment où il prononça ses paroles, je fus surpris.

A présent, ayant ajouté quelques milles d’Océan à mon sillage, je commence à les comprendre.

Merci Jimmy pour cette belle leçon d’humilité et de positivité… tout n’est pas contrôlable … et c’est heureux ainsi !

Lisez tout le post sur le blog d’Henri:
Les voyages de Serendip: Un an déjà

 

Retour HAUT DE PAGE